Non, Google n’est pas sur le point de lancer un moteur de recherche en Chine assure son patron

Non, Google n’est pas sur le point de lancer un moteur de recherche en Chine assure son patron

Sundar Pichai, le PDG de Google, a déclaré hier que le géant du web n’était pas « prés de lancer un produit de recherche en Chine », mais qu’il réfléchissait aux options pour faire plus de chose dans ce pays. C’est ce que rapporte le Wall Street Journal en citant une réunion qui s’est tenue au siège de Google à Mountain View en Californie en présence des salariés. Elle avait pour but de répondre aux inquiétudes suscitées par la rumeur selon laquelle l’entreprise travaillait sur un nouveau moteur de recherche qui permettrait aux autorités chinoise d’en censurer les résultats.

Ce supposé projet secret, portant le nom de code Dragonfly, a conduit 1.000 salariés de Google à exprimer leur opposition de travailler sur un tel outil supportant la censure d’État.

C’est la deuxième fois que des employés Google manifestent ainsi leur désapprobation envers un projet de l’entreprise. Un peu plus tôt cette année, des milliers d’entre eux se sont élevés contre le Projet Maven, un programme secret de drone pour le gouvernement des Etats-Unis qui exploitait l’intelligence artificielle à des fins militaires. Certains salariés ont même démissionné en signe de protestation.

Le New-York Times fut le premier à évoquer l’opposition des employés et confirme que Google travaille bien sur un moteur de recherche censuré. Environ 1.000 salariés ont signé une lettre ouverte réclamant à Google la transparence sur ce projet et la mise en place d’un processus d’évaluation éthique. Google s’est retiré de Chine il y a huit ans de cela suite à une polémique au sujet de la censure. Mais il semble que l’entreprise soit désormais en train de revenir lentement sur le marché chinois.

à lire aussi

 

Rejoignez la conversation