Paris : les Champs Elysées se couvrent de Wi-Fi "gratuit"

« Notre objectif était d’être capable de proposer un Wi-Fi gratuit avant le lancement de l’euro » expliquait ce matin Jean-Noel Reinhardt, président du Comité Champs Elysées. Défi relevé : le comité organisait ce matin une conférence de presse pour donner le coup d’envoi du réseau public déployé par JCDecaux.

L’équipementier urbain a en effet déployé 70 bornes sur les 1,5 km des Champs Elysées afin de pouvoir fournir une connectivité Wi-Fi aux passants, aux supporters et surtout aux touristes. Mais le coût total de l’opération restera inconnu. « Secret des affaires » répondent unanimement JCDecaux et le Comité Champs Elysées, malgré les multiples questions en ce sens.

Pas la peine de se leurrer, les touristes sont bien les premières cibles de ce réseau. « Le tourisme a souffert cette année » concède Jean Noel Reinhardt, « Mais nous pensons qu’en multipliant les initiatives de ce type, nous parviendrons à faire revenir les visiteurs. »

Le réseau est en effet pensé avant tout pour les étrangers qui veulent échapper aux frais de roaming. Une fois connecté, l’utilisateur est ainsi directement redirigé vers un portail. Celui-ci lui demande quelques informations (nom prénom, adresse mail et tranche d’âge) avant de lui autoriser l’accès. L’application offre également des indications pour se repérer ainsi que la liste des activités et des magasins présents dans les environs.

Champs Elysées rime avec publicité

En termes de débit, après quelques cafouillages on parvient sans trop de peine à obtenir 2,5 Mb/s de transfert, suffisant pour consulter ses mails ou télécharger un itinéraire. « Au total, le réseau est prévu pour supporter 5000 personnes simultanément », précise Albert Asseraf, DG Stratégie, Études et Marketing chez JCDecaux. Autant dire que cela risque d’être un peu léger pour les soirs de matchs, mais le chiffre de 5000 devrait pouvoir être dépassé sans pour autant rendre le réseau impraticable.

 

Le portail d’accueil vers lequel est redirigé l’internaute après avoir rempli le formulaire de connexion

Sans surprise, le financement de ce service sera assuré par la publicité. Le premier partenaire publicitaire de ce Wi-Fi gratuit est d’ailleurs le service de paiement en ligne chinois UnionPay. La page d’accueil du portail, aux couleurs d’UnionPay, ne laisse d’ailleurs aucun doute sur la cible qu’espèrent toucher les annonceurs.

Albert Asseraf confirme que l’utilisateur pourra, s’il le désire, recevoir de la publicité ciblée si celui-ci coche l’option correspondante lors de sa connexion. Celle-ci pourra prendre par exemple la forme de réduction dans certaines boutiques à proximité. Pour les utilisateurs soucieux de leurs données personnelles, l’option n’est pas obligatoire pour accéder au service et le formulaire d’inscription se contente très bien d’informations falsifiées ou erronées sans exiger de vérification d’adresse email par exemple.

Jean-Louis Missika, adjoint à la mairie de paris et spécialiste du numérique, était également présent à l’inauguration, rappelant au passage qu’Anne Hidalgo s’était engagé à déployer un Wi-Fi gratuit sur l’ensemble de la ville. On attends toujours. Un appel à manifestation d’intérêt a d’ailleurs été lancé et la municipalité devrait s’y pencher durant l’été. Mais Jean Louis Missika a tenu à saluer l’initiative des Champs Elysées qu’il conçoit comme « la première pierre d’un projet plus ambitieux, qui est le Wi-Fi pour tous et partout. »

Speedtest
Testez le débit de votre connexion avec notre nouveau Speedtest

Go to Source