Photocatalyse : un textile en fibre optique pour lutter contre la pollution

Une équipe du CNRS de Lyon a élaboré un textile lumineux à base de fibre optique, capable d’absorber certains éléments polluants présents dans l’environnement.

A l’heure de la COP21 et de la tendance écolo, ce textile d’un nouveau genre pourrait trouver sa place aux côtés des plantes « dépolluantes » à la mode pour habiller nos intérieurs. Une équipe de recherche du CNRS de Lyon vient de présenter un projet de textile capable d’absorber certains polluants grâce au principe de la photocatalyse.

L’idée originale consiste à faire du textile sa propre source de lumière, grâce au tissage de fibre optique dont la surface aura été abrasée, de façon à ce qu’elle laisse passer la lumière. Imbibé d’un photocatalyseur (ici, du dioxyde de titane fixé grâce à des solvants), le tissu pourra donc de lui-même, par des LED situées à l’extrémité des fibres, initier ce principe chimique.

Connue et employée depuis les années 90, notamment dans le secteur du bâtiment, la photocatalyse permet de neutraliser des polluants sous l’action combinée de la lumière et de l’eau. En simplifiant, elle permet de décomposer des molécules complexes en composés plus simples, inoffensifs.

A ce jour, la recherche continue pour tester l’efficacité du textile sur les différents types de polluants comme les particules fines. Dans le domaine industriel, le dispositif est actuellement testé sur le terrain pour traiter des résidus présents dans l’eau comme les médicaments et les pesticides pour éviter leur rejet dans la nature.