Plus qu'ailleurs, les français décrochent du porno à Noël

S’il existe une « saisonnalité » de la consommation de pornographie en ligne, elle correspond aux périodes de grandes vacances, aux retransmissions d’évènements sportifs, et aux différentes fêtes et jours fériés. La France sur ce plan voit un recul net du trafic la veille et le jour de Noël, explique l’éditeur du site spécialisé Pornhub, poids lourd du secteur, chiffres à l’appui.

 

Baisse du trafic dur Pornhub la veille de Noël et le jour de Noël par pays. (Source : Pornhub)

Si les français ne sont pas, et de loin, les plus grands consommateurs de ce type de contenu (sixièmes en termes de part de trafic et absents du top 10 des pays de la consommation de page par habitant), ce sont aussi ceux qui décrochent le plus de ce type de consommation quand vient le temps des cadeaux de fin d’année. Pornhub note une baisse du trafic mondial de 39% la soirée précédent Noël et de 18% le jour de Noël. En France, ces chiffres sont respectivement de 39% et 19%.

Le smartphone, appareil préféré

Passé cette singularité, l’étude de Pornhub met en évidence une tendance lourde déjà détectée par Juniper l’an passé : une utilisation toujours plus importante des smartphones pour consommer ce type de contenu. Cela représente aujourd’hui 52,9% du trafic, pour 45% l’an passé. Dans le même temps, l’utilisation des ordinateurs fixe est en forte baisse, sauf en Espagne où elle progresse très légèrement, passant de 49% à 50% sur un an. A l’échelle mondiale, la consommation sur ordinateur fixe représente 36,3% du trafic.

De manière générale, ce sont la croissance du taux d’équipement en smartphones et la généralisation de la 4G qui permettent aux usages vidéos d’exploser sur les terminaux mobiles. L’étude de Juniper mentionnait l’an passé que 136 milliards de vidéos X avaient été lues sur un smartphone en 2014, en croissance de 42% sur un an.

En France, la part du smartphone est en croissance (39% en 2015 pour 32% en 2014), celle des ordinateurs fixes en forte baisse (49% en 2015 pour 57% en 2014), et la consommation sur tablette stagne (12% en 2015 pour 11% en 2014). Une tendance à mettre en rapport avec la croissance de la part de marché du smartphone dans l’hexagone de 22% sur un an.


Part du trafic par typologie d’appareils, et évolution 2014/2015. (Source : Pornhub)

Côté système d’exploitation, Windows reste l’outil de référence sur le fixe, mais la part d’OS X grimpe de 11,5% à 13% sur un an. Pour ce qui est des usages mobiles, 47,9% du trafic provient des systèmes Android (pour 50% en 2014). Logiquement, la part de marché d’iOS grimpe à 46,2% (pour 40,2% en 2014).

Chrome et Safari plébiscités

Enfin, l’accès au contenu s’effectue principalement sur ordinateur fixe via Google Chrome (48,9% de part de marché). Suivent Internet Explorer (17,8%), Firefox (17,6%) et Safari (7,7%). Sur le segment des OS pour appareils mobiles, Safari est cette fois-ci en tête (42,7% en 2015 pour 38,5% en 2014) devant Chrome (34,6%). Les navigateurs Android ne comptent plus que 11,3% de part de marché (pour 25,1% l’an passé).

Il ne faudrait pas oublier la consommation à partir des consoles de jeux. La consommation sur PlayStation représente 46,9% de part de marché (40% en 2014), pour 37,9% sur Xbox (45,7% en 2014). Une situation à mettre en relation avec des ventes de PS4 deux fois supérieures à celles de Xbox One en 2015.