Pourquoi Azure Stack ne sera livré que sur certains matériels

Avec Azure Stack, les entreprises vont pouvoir bâtir des clouds privés à partir des mêmes logiciels que Microsoft utilise dans son cloud public Azure. La sortie de l'offre a été reportée à la mi-2017.

Avec Azure Stack, les entreprises vont pouvoir bâtir des clouds privés à partir des mêmes logiciels que Microsoft utilise dans son cloud public Azure. La sortie de l’offre a été reportée à la mi-2017.

Microsoft pense qu’il offrira une meilleure solution à ses clients en limitant à quelques configurations matérielles (proposées par HPE, Dell et Lenovo) la mise en oeuvre d’Azure Stack, son logiciel de cloud privé. Il avait annoncé cette restriction en juillet dernier, en même temps que le report de l’offre à l’an prochain, et juge opportun de fournir aujourd’hui certaines explications.

Le mois dernier, Microsoft avait annoncé d’une part le report de son logiciel de cloud privé Azure Stack au milieu de l’année prochaine et d’autre part que celui-ci ne fonctionnerait que sur certains systèmes intégrés. Cette double annonce avait quelque peu contrarié les utilisateurs. Aujourd’hui, la firme de Redmond essaie de justifier ses choix auprès de ses clients. Hier, dans une interview filmée, Vijay Tewari, principal group program manager de l’infrastructure Azure Stack et de la plateforme Cloud Platform System de Microsoft, a expliqué pourquoi Azure Stack serait réservé à un nombre restreint de matériels. Selon lui, le fait de limiter le nombre de systèmes compatibles permet de proposer un meilleur produit aux clients. De plus, la solution sera immédiatement opérationnelle.

Vijay Tewari a notamment fait valoir que, par exemple pour les matériels intégrés, l’équipe Azure Stack pourra déployer plus rapidement les mises à jour pour les utilisateurs. Selon lui, il est plus simple pour Microsoft de travailler sur un matériel préétabli pour faire évoluer Azure Stack que de consacrer des ressources à développer des logiciels pour des configurations matérielles « que le constructeur ne connait pas ». Le responsable principal soutient également qu’avec un logiciel Azure Stack déjà en place, la mise en route sera plus rapide pour les entreprises, puisqu’elles pourront déployer leurs applications et utiliser le système immédiatement.

Des solutions présentées sur la conférence Ignite fin septembre

Microsoft présentera son logiciel Azure Stack et le matériel associé le mois prochain lors de la conférence Ignite qui se tiendra à Atlanta, Géorgie, du 26 au 30 septembre. On ignore pour l’instant le prix de ces systèmes. Mais Vijay Tewari a indiqué qu’ils seront basés sur des serveurs standard de l’industrie. « Ce hardware ne sera pas en plaqué or », a-t-il déclaré. Il a également expliqué que les clients devraient considérer en priorité le coût total de possession, puisque Microsoft et ses fournisseurs de hardware partenaires gèreront eux-mêmes l’ensemble de la pile.

Plus tard, les utilisateurs pourront peut-être construire leur propre système Azure Stack s’ils respectent les exigences matérielles imposées par Microsoft. Mais pour l’instant, les clients doivent acheter ces systèmes chez des constructeurs comme HPE, Dell et Lenovo. « Nous devons démarrer avec des systèmes bien conçus, entièrement validés par nous et nos partenaires, afin que de proposer aux clients une expérience solide avec Azure Stack dès sa sortie », explique encore Vijay Tewari dans cette vidéo. Les entreprises qui souhaitent lancer le déploiement d’un système proche d’Azure dans leur datacenter peuvent commencer à travailler avec Cloud Platform System et Azure Pack. Ils pourront ensuite les remplacer par Azure Stack quand ces systèmes seront disponibles.

Go to Source