Recherche et pub : Google à nouveau accusé par la Commission européenne

Nouvel assaut de Bruxelles contre Google. Après l’ouverture de deux enquêtes formelles concernant ses pratiques dans les systèmes d’exploitation (Android) et dans la comparaison de prix (Shopping) où le moteur est accusé d’abus de position dominante, l’Union européenne annonce deux notifications de griefs dans le domaine de la recherche et de la publicité (Adsense).

L’acte d’accusation concerne les pratiques publicitaires du groupe américain et un « additif » à un acte d’accusation, déjà envoyé mi-avril 2015, portant sur le service de comparaison de prix Google Shopping.

Google est accusé « d’avoir abusé de sa position dominante en limitant artificiellement la possibilité, pour les sites web tiers, d’afficher les publicités contextuelles émanant de concurrents ».

« Cela signifie que les consommateurs ne voient pas nécessairement les résultats les plus pertinents en réponse à leurs requêtes. Nous craignons également que Google ait entravé la concurrence en limitant la capacité de ses concurrents de placer des publicités contextuelles sur des sites web tiers, portant ainsi préjudice au choix des consommateurs et à l’innovation », explique la Commission.

Google a désormais 10 semaines pour donner des explications et proposer des remèdes avant que Bruxelles ne décide de sanctionner (amende jusqu’à 10% de son chiffre d’affaires) ou de poursuivre les négociations. La Commission explique avoir également décidé d’ouvrir la procédure contre Alphabet, la maison-mère de Google, créée après l’initiation de sa procédure contre Google.

Un porte-parole de l’exécutif européen a toutefois précisé qu' »on ne peut spéculer sur le montant (de l’amende) actuellement ». « Cela dépend du comportement anticoncurrentiel de l’entreprise ainsi que de la durée du comportement », a-t-il souligné.

Comme d’habitude, face à ces accusations, Google reste laconique ; « Nous croyons que nos innovations et améliorations de produits ont offert plus de choix aux consommateurs européens et stimulé la concurrence. Nous examinerons les nouvelles pièces de la Commission et apporterons une réponse détaillée au cours des prochaines semaines ».

Cette fois, c’est le coeur du métier de Google qui est visé. Grâce à ses produits publicitaires, Google réalise l’essentiel de ses 74,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Si un abus de position dominante était reconnu, la condamnation pourrait être très conséquente pour le géant.

Go to Source