Renée James, ancienne présidente d’Intel, devient CEO d’Ampere

La start-up Ampere basée à Santa Clara et spécialisée dans la conception de processeurs serveurs ARM a nommé Renée James, l’ancienne présidente d’Intel, au poste de CEO. Son activité sera centrée dans les puces serveurs et datacenters.

Renée James, présidente d’Intel de 2013 à 2015, prend la tête de’Ampere. (crédit : D.R.)

L’ancienne présidente d’Intel de 2013 à 2015, Renée James, passe du côté obscur des processeurs. Alors qu’elle s’était investie pour soutenir le développement de processeurs x86 du fondeur de Santa Clara, c’est dans une toute nouvelle société spécialisée cette fois dans les architectures ARM, Ampere, que la dirigeante atterrit. Egalement située à Santa Clara, en plein coeur de la Silicon Valley non loin de Sunnyvale où AMD est localisé, cette entreprise appartient à la catégorie des fabless, c’est à dire spécialisée dans la conception et non la fabrication de processeurs.

Le premier processeur annoncé par Ampere est gravé en 16nm et dispose de 32 coeurs ARMv8 64-bits dont la vitesse d’horloge peut monter jusqu’à 3,3 Ghz. Consommant 125 watts il peut être embarqué dans des environnements serveurs et datacenters pour répondre à des besoins en workloads de type cloud, virtualisation et également pour du calcul haute performance (HPC). Ces processeurs sont attendus dans la seconde moitié de l’année 2018.

Go to Source


bouton-devis