RStor promeut le calcul distribué dans le cloud

Nouveau venu sur le marché du HPC en mode cloud hybride, RStor entend modifier les pratiques des entreprises avec une architecture distribuée exploitant un format de container plus adapté au calcul intensif.

Timothy Harder, general manager de RStor, vient apporter aux entreprises la souplesse du cloud dans le HPC. (Crédit : S.L.)

En direct de Saratoga. Sortie de l’ombre en avril 2018, RStor se positionne sur un créneau intéressant en proposant une nouvelle façon de se connecter au cloud pour répondre à des besoins comme le HPC. L’architecture distribuée RStor Multicloud Platform repose sur des ressources hybrides incluant SDDC, stockage et réseau  avec le concours d’Equinix – pour proposer une solution multicloud reliant les principaux fournisseurs de services cloud et les centres de calcul, nous a expliqué Timothy Harder, general manager de RStor. « Le support multicloud pour les entreprises se classe dans la catégorie « performance computing » avec notre propre format de container baptisé Singularity », nous a indiqué le dirigeant.

La société propose une plate-forme agnostique, capable de traiter des données situées n’importe où, en utilisant une puissance de calcul située dans le cloud ou en local afin de modifier la façon dont les entreprises abordent le calcul hautes performances. RStor a déjà levé 45 millions de dollars lors d’un premier tour de table de série A avec le concours de Cisco Investments et Exponential Partners. Avec cette levée de fonds, la start-up entend notamment développer son activité en France, Espagne et Italie.

La plateforme RStor vient coordonner les ressources disponibles en local et dans le cloud dans un cadre HPC. (Crédit RStor)

Un container dédié au HPC

Avec son format de container open source Singularity, la start-up affirme être « plus rapide que Docker et moins cher ». Et pour le promouvoir, RStor a réalisé une spin-off avec la création de Sylabs qui se consacre entièrement au développement de ce format de containers. « Il y a encore un marché pour Docker dans les microservices, mais nous ne sommes pas concurrents sur celui du HPC », nous a expliqué Greg Kurtzer, CEO de Sylabs. En six mois, Singularity a été massivement adopté par le monde du HPC dans les entreprises, la recherche et les universités pour un usage HPC dans le cloud avec SIF (Singularity Image Format). Ce container est particulièrement intéressant pour le calcul intensif, car il travaille nativement avec les GPU. 

La question de la sécurité n’a pas été négligée avec le contrôle des escalades de privilèges dans les containers au niveau de la couche runtime. « Il n’est plus nécessaire de réaliser un audit des containers, on peut faire confiance au runtime », a souligné le CEO de Sylabs. « Nous ne faisons pas l’orchestration, mais nous nous insérons dans le puzzle avec les outils du marché ». La convergence entre l’IA, la data analytics et le HPC est aujourd’hui en bonne voie. Parmi les sociétés qui utilisent déjà Singularity, on peut citer l’Université de YaleBioHPC, Novartis, NY, Pfizer, mais aussi Apple, Dell, Intel ou Lenovo.

Go to Source


bouton-devis