Ruby frappé par une baisse de popularité

Même s’il est toujours dans le top 10 du classement des langages de RedMonk, Ruby est confronté à une forte concurrence de Go, Rust, Swift et Kotlin.

Ruby pointe à la 8e place du classement RedMonk de juin 2017. (crédit : D.R.)

Si la convivialité pour construire des applications Web a fait la réputation du langage Ruby, elle semble aujourd’hui ne plus être suffisante pour satisfaire les développeurs. Son glissement dans le dernier classement des langages de programmation établi par RedMonk soulève en effet des interrogations quant à la place qu’occupe aujourd’hui le langage parmi les développeurs. Dans l’édition de juin 2017 de ce classement bi-annuel, Ruby apparaît en effet cette fois en huitième position, le plus mauvais score jamais atteint par le langage. « Swift et maintenant Kotlin sont devenus des choix évidents pour le développement mobile natif. Go, Rust, et les autres sont des choix clairement plus actuels pour l’infrastructure », a déclaré Stephen O’Grady, analyste de RedMonk. « Dans le même temps, le web, où le langage Ruby a vraiment imprimé sa marque avec Rails, est devenu un secteur très compétitif et très concurrentiel ».

 Ruby

Classement intégral des langages de programmation établi par RedMonk en juin 2017. (crédit : RedMonk)

Même si Stephen O’Grady insiste sur le fait que Ruby reste « extrêmement populaire », certains intervenants sur des sites comme Hacker News et Quora se demandent de plus en plus si le déclin de Ruby n’est pas irréversible. En 2013, dans le classement Redmonk, Ruby culminait à la quatrième place, renforçant le sentiment d’un déclin, même si celui-ci reste lent. Les 10 premiers langages du classement RedMonk de juin 2017 sont JavaScript, Java, Python, PHP, C #, C ++, CSS, Ruby, C et Objectif C. 

La formule utilisée par RedMonk pour établir son classement est basée sur les demandes d’extraction faites sur GitHub et sur les discussions concernant le langage sur Stack Overflow. La méthodologie de RedMonk diffère de celle des classements mensuels Tiobe et PyPL qui utilisent des formules basées sur les recherches effectuées sur le Web pour évaluer la popularité des langages de programmation.

Go to Source