Samsung acquiert son fournisseur cloud Joyent pour avoir sa plateforme… comme Apple

Samsung acquiert son fournisseur cloud Joyent pour avoir sa plateforme... comme Apple Samsung, nouveau fournisseur de services cloud © D.R. – Samsung

A lire aussi

Au cœur du Samsung Campus, l'autre école du web gratuite

Pourquoi Samsung renoue avec Qualcomm pour son Galaxy S7

Samsung sauvé par ses semiconducteurs en 2015... mais après ?

Présent dans l’électronique grand public, l’électroménager, l’informatique, la bureautique, les écrans plats, les semiconducteurs et les mobiles, Samsung Electronics s’ajoute un nouveau métier : le cloud computing. Il fait son entrée sur ce marché en pleine effervescence en rachetant le petit fournisseur américain de cloud public et privé Joyent. Le montant de la transaction n’est pas dévoilé. Mais vu le montant consenti par IBM pour l’acquisition de SoftLayer (2 milliards de dollars), par Datapipe pour celle de GoGrid (1,2 milliard de dollars) ou encore par EMC pour celle de Virtustream (1,2 milliard de dollars), il pourrait se situer entre 1 et 1,5 milliard de dollars.

Copier Apple dans les services mobiles

En difficultés dans les mobiles depuis 2 ans, le géant coréen de l’électronique cherche à développer sa propre plateforme de services en ligne à l’instar de son grand rival Apple. Un projet qui irrite Google dont la plateforme Google Play remplit cette fonction pour l’ensemble de l’écosystème Android, le système d’exploitation que Samsung Electronics embarque sur la grande majorité de ses smartphones et tablettes. Le groupe de Séoul affiche également de grandes ambitions dans l’Internet des objets. Un marché en forte ébullition sur lequel il veut être, non pas juste un pourvoyeur de composants électroniques, mais aussi un fournisseur de logiciels et services numériques.

Avec le rachat de Joyent, le numéro un mondial des smartphones acquiert l’infrastructure cloud dont il a besoin pour construire cette plateforme de services en ligne. Créé en 2004 à San Francisco, le californien fournit des services de cloud privé et public à partir de quatre datacenters dans le monde : trois aux Etats-Unis et un à Amsterdam, aux Pays-Bas. Il est présent sur les deux premières couches du cloud : l’infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service) et la plateforme de développement (PaaS pour Platform as a service). Un marché estimé par Synergy Research à 23 milliards de dollars dans le monde en 2015, en croissance de 52%.

Echapper à la commoditisation en électronique

Joyent, qui a servi d’infrastructure cloud au lancement de Twitter, figure parmi les derniers acteurs de niche, incapables de tenir la course avec les « Big Four » qui dominent de plus en plus le marché : Amazon Web Services, Microsoft, IBM et Google. C’est pourquoi il était donné à vendre depuis 2013. Son entrée dans le giron de Samsung Electronics lui offre un client captif d’envergure et les moyens de se développer face aux autres acteurs spécialisés comme Dimension Data (groupe NTT), Verizon ou Interoute.

Cette acquisition arrive à point nommé au moment où l’un de ses plus grands clients Linkedin va être racheté par Microsoft. Une opération qui pourrait amener le réseau social professionnel à migrer son infrastructure de Joyent vers le cloud Azure de Microsoft.

Pour Samsung Electronics, le virage vers le logiciel et les services numériques revêt une importance vitale. C’est sur cette transformation que le géant coréen mise pour échapper à la commoditisation qui guette toutes ses activités dans les matériels électroniques, de la télévision aux mobiles, en passant par l’électroménager, la microinformatique ou encore la bureautique. Joyent, qui va rester une société autonome, lui donne la base nécessaire à cette transformation stratégique.

Go to Source