SAP dope Analytics Cloud au machine learning

La dernière mise à jour des outils analytiques cloud de SAP permet aux utilisateurs d’accéder à des indicateurs décisionnels plus rapidement tout en mobilisant moins de ressources informatiques dans l’entreprise.

En greffant de l’apprentissage machine à sa solution Analytics Cloud, SAP espère rendre les utilisateurs plus autonomes dans la construction de leurs tableaux de bord BI. (crédit : SAP)

DU CRM au marketing en passant par les ressources humaines, les technologies d’apprentissage machine se diffusent chaque jour un peu plus au coeur des processus métiers de l’entreprise. Mais elles tendent également à être embarquées dans les solutions décisionnelles afin de permettre d’accélérer et automatiser les temps de traitement de données, tout comme la remontée d’indicateurs pertinents et ciblés.

C’est précisément dans ce but que SAP vient d’injecter une brique de machine learning dans son offre Analytics Cloud pour que ses utilisateurs accèdent à de meilleures corrélations sur des données clés, a fait savoir Mike Flannagan, senior vice-président en charge de l’activité analytique chez SAP. Avec pour corollaire de réduire le besoin de recourir à des équipes IT dédiées pour construire des rapports dédiés. « Vous serez capable d’accéder, de façon automatisée, au même type d’indicateurs que vous auriez pu attendre de la part d’une équipe de datascientifiques qui les auraient construits pour vous », poursuit Mike Flannagan.

Jusqu’à 98% aussi précis qu’un datascientist ?

En musclant son offre d’analytique cloud au machine learning, l’objectif de SAP d’apporter une réponse à un problème de ressource récurrent depuis 10 ans dans les systèmes de business intelligence. « Lorsque vous vouliez un nouveau tableau de bord ou un nouveau rapport, vous deviez faire une nouvelle demande auprès du service informatique dont le carnet de commandes était relativement rempli, nécessitant donc trois ou six mois pour l’obtenir », a expliqué Mike Flannagan. « Nous voyons maintenant un point de tension similaire avec les équipes en sciences de la donnée ».

SAP Analytics Cloud ne va cependant pas automatiquement créer des datavisualisations complexes, mais regarder ce que fait l’utilisateur et propose des recommandations simples pour les champs de base de données à comparer dans une ligne de texte au bas d’un graphique. « La solution d’apprentissage machine prend en compte le fait que vous essayer de prédire un certain champ et vous donnera automatiquement un indice tel comme « Saviez vous que X est la chose la plus influente dans la détermination de Y ? », a expliqué Mike Flannagan. « Nous pensons que nous aurons une précision de réponse à 97-98% égale à celle qu’un datascientist trouverait finalement sans avoir à attendre son retour ».

Visualisation, planification et prédiction des données regroupées

Les spécialistes du marketing ont probablement déjà une idée de ce qui peut influencer les ventes, mais un domaine dans lequel Mike Flannagan s’attend à ce que les informations automatisées aident vraiment à explorer les données, c’est celui de l’Internet des objets. « C’est vraiment utile si je travaille avec un ensemble de données que je ne connais pas très bien, comme les données des capteurs IoT. J’ai ce trésor théorique de données mais je ne sais pas ce que je ne sais pas. » Cela ne suffira pas à rendre les datascentists superflus, mais cela pourrait les libérer pour se concentrer sur des analyses plus intéressantes qui ne peuvent être facilement prédites par un logiciel.

SAP Analytics Cloud regroupe les fonctionnalités de visualisation, de planification et de prédiction des données de l’entreprise en un seul endroit, au moment où la société tente de simplifier son portefeuille. Un autre objectif de l’éditeur est d’éviter aux entreprises d’exporter leurs données d’un outil et de les charger dans un autre pour l’analyse : l’idée est de tout faire à partir d’une seule plateforme et d’éviter les obstacles réglementaires.

Une migration à prévoir pour les anciennes instances cloud

« Dans les grandes entreprises, il n’est pas toujours possible de réaliser des exportations complètes à partir de plans financiers afin de pouvoir faire autre chose avec ces données », a indiqué Mike Flannagan. Les clients SAP qui stockent leurs données dans la suite analytique en mémoire S/4Hana de SAP peuvent toutefois contourner ce problème : « Nous n’avons pas à copier ces données. Ce que nous faisons, c’est que nous poussons l’algorithme, l’élément analytique, jusqu’à l’exécution de HANA, et le seul résultat de l’analyse est ce qui revient dans le cloud pour la visualisation. Ce sur quoi la société a travaillé depuis l’an dernier.

Les autres fonctionnalités proposées par SAP pour sa mise à jour d’Analytics Cloud concernent la prévision en un clic des performances futures, la détection des risques et des corrélations, et la création autonome de tableaux de bord avancés. Ces fonctionnalités d’apprentissage automatique vont être disponibles sans surcoût pour les clients existants de SAP Analytics Cloud. Mais il existe cependant certaines restrictions techniques : les clients exécutant des instances cloud plus anciennes devront migrer vers une architecture plus récente, prévient Mike Flannagan.

Go to Source


bouton-devis