Savoir si vous avez besoin du WiFi 6 en trois points

Considéré jusqu’à présent comme une technologie réseau secondaire, le WiFi – grâce à sa 6e itération – peut désormais être envisagé comme un mode de connexion principal pour les entreprises. Voici trois étapes à suivre pour le savoir.

WiFi 802.11ax sera plus communément connu sous l’appellation WiFi 6. (crédit : D.R.)

Il y a beaucoup de battage autour de la prochaine norme WiFi 802.11ax, plus communément appelée WiFi 6. Et comme souvent, la promotion des nouvelles technologies fait miroiter beaucoup d’avantages. Mais si elles ne répondent pas aux attentes, il y a peu de chance que leur adoption soit un succès. Cependant, dans le cas du WiFi 6, l’engouement est justifié parce que c’est la première norme WiFi élaborée en en considérant que c’est le principal mode de connexion des terminaux et non un réseau de commodité.

1/ S’assurer que le réseau câblé a été modernisé. Le WiFi 6 aura un effet de cascade jusqu’au coeur du réseau. L’augmentation de la bande passante peut saturer la périphérie du réseau, et une mise à niveau aux extrémités peut avoir un impact similaire sur le centre du réseau. Au minimum, pour un réseau câblé, il faut une alimentation Power over Ethernet (PoE+) de 30 watts, des interfaces multi-gig (1/2,5/5 GigE) et des liaisons montantes de 40 GigE vers le coeur du réseau. De plus, la gestion unifiée devient incontournable. Elle permet de gérer les politiques de sécurité et d’accès à partir d’un seul tableau de bord et de les diffuser simultanément sur le réseau câblé et sans fil. Il est important de se rappeler que l’expérience sans fil est conditionnée par la qualité du backbone, et ne pourra donc surpasser celle du plus faible maillon du réseau.

2/ Mettre en oeuvre une gestion des opérations basée sur l’intelligence artificielle. Le WiFi 6 permet aux entreprises d’être hyper-connectées là où pratiquement tout est connecté à un réseau commun. Cela leur permettra de créer de nouveaux processus qui pourront hisser la productivité vers de nouveaux sommets. Mais l’hyper-connexion a un inconvénient : elle se fait au prix d’une très grande complexité. Un récent sondage de ZK Research a révélé que 61 % des entreprises ont une idée imprécise des appareils connectés à leur réseau. Or ce problème risque d’empirer avec la connexion d’autres objets. Les utilisateurs ne peuvent pas travailler assez vite pour tout voir et trouver des informations dans les données, mais les machines en sont capables. Un outil opérationnel basé sur l’intelligence artificielle est indispensable pour réussir un déploiement WiFi 6.

3/ Connecter le réseau de l’entreprise aux réseaux IoT dédiés. De nombreux secteurs verticaux sont connectés à des réseaux fermés, qui couvrent des activités spécifiques. C’est le cas par exemple des réseaux dédiés à l’étiquetage électronique dans le commerce de détail, ou des systèmes de gestion des élèves du primaire et du secondaire ou encore les réseaux de radiologie dans les hôpitaux. La transformation numérique et l’Internet des objets (IoT) finiront par faire converger ces réseaux. Les professionnels des réseaux devraient s’y préparer en comprenant la taille de ces réseaux, les protocoles utilisés (par exemple, BLE, Zigbee, etc.) et les implications sur le plan de la sécurité.

Go to Source


bouton-devis