Scandale Coincheck : les autorités japonaises avaient prévenu la société en amont du vol

L’Agence des services financiers du Japon (FSA) avait fortement incité les responsables de la plateforme d’échange de crypto-monnaie Coincheck à réparer les failles de sécurité de son système, et ce bien avant la découverte du vol de 530 millions de dollars en décembre dernier apprend-t-on ce vendredi. Des audits organisés par cette organisation avaient révélé des problèmes de sécurité bien avant que le hack ait lieu. Le constat de ces manquements était même une des raisons qui avaient valu à Coincheck de ne pas recevoir l’agrément des autorité pour opérer en toute légalité. Une autorisation provisoire avait cependant été accordée à la plateforme.

 

Page d’accueil du site de la plateforme Coincheck. Les inscriptions sont pour l’heure suspendues, et les éditeurs présentent leurs « sincères excuses » aux clients.

Coincheck a déclaré que la monnaie virtuelle était stockée dans un « hot wallet » au lieu du « cold wallet », plus sécurisé, et utilisé sur les plates-formes indirectement connectées à l’Internet. La plateforme d’échange n’utilisait pas non plus de couche de sécurité supplémentaire connue sous le nom de système multi-signature.

10 fonctionnaires de la FSA ont effectué un nouvel audit dans le bureau de Coincheck vendredi matin a mentionné le ministre des finances du Japon. Ils interviennent dans le cadre d’une enquête qui vise à déterminer la méthode utilisée par les pirates pour pénétrer dans ce qui s’avère être un des plus important cyber-coffre fort du monde. L’inspection portait sur la rémunération des clients, les conditions financières et la gestion du système d’échange, et les efforts de Coincheck pour protéger ses clients a déclaré un haut responsable de la FSA à Reuters.

Interrogations sur la stratégie du Japon face aux monnaies virtuelles

Des inspections ont également été décidées sur les autres plateformes d’échange japonaises. Coincheck doit remettre aux autorités un rapport le 13 février sur les origines du vol et les mesures de sécurité prises depuis. Coincheck a également remis ses données de communication à la police de Tokyo pour enquêter sur le vol. Les autorités de plusieurs pays enquêtent également sur ce vol impliquant la crypto-monnaie NEM.

Coincheck a déclaré vouloir rembourser environ 425 millions de dollars d’argent virtuel dérobé à ses clients. La FSA a déclaré devoir encore confirmer si la société avait suffisamment de fonds pour effectuer ce remboursement. « Nous savons où les fonds ont été envoyés » avait déclaré Yusuke Otsuka, de Coincheck, lors d’une conférence de presse. « Nous les traçons et si nous sommes en mesure de continuer le suivi, il peut être possible de les récupérer ». Le hack a été découvert vendredi 26 janvier.

La connaissance par le régulateur des failles dans le système de Coincheck avant le vol devrait probablement attirer davantage l’attention sur l’approche du Japon en matière de régulation des échanges de crypto-monnaie. L’année dernière, le Japon est devenu le premier pays à réguler les échanges au niveau national. Une décision qui contrastait fortement avec la position officielle de la Chine ou de la Corée du Sud, qui adoptent graduellement une position répressive contre les cyber-monnaies et leurs utilisateurs.

Le Bitcoin a son plus bas depuis novembre 2017

La hausse soudaine de la valeur des pièces numériques et le flot de nouveaux investisseurs attirés par ce marché ont suscité la nervosité des régulateurs mondiaux à propos d’un secteur largement utilisé pour la spéculation, et selon certaines sources pour blanchir de l’argent.

Le Bitcoin, la plus importante crypto-monnaie au monde, a dérapé de 11 % jeudi, à son plus bas niveau depuis novembre, suite à une interdiction promulguée par Facebook de mettre en avant sur son réseau social des publicités vantant les mérites des crypto-monnaies. Les déboires de la place de marché Bitfinex inquiètent également considérablement les investisseurs.

En 2014 la plateforme d’échange Mt. Gox, qui traitait 80 % des transactions de bitcoin dans le monde, avait fait faillite après avoir perdu des bitcoins d’une valeur d’environ un demi-milliard de dollars suite à une attaque. Plus récemment, la plateforme sud-coréenne Youbit a du déposer son bilan après avoir subit deux piratages l’an dernier.

Go to Source


bouton-devis