Scandale Facebook : Cambridge Analytica met la clef sous la porte… vraiment ?

Scandale Facebook : Cambridge Analytica met la clef sous la porte... vraiment ?

Comment poursuivre son activité après le monumental scandale qui a frappé Cambridge Analytica et Facebook par ricochet. Il fallait s’y attendre, la société britannique de « communication stratégique et d’analyse des données met fin à son activité, une procédure d’insolvabilité vient d’être lancée au Royaume-Uni et aux États-Unis. Le conseil d’administration du groupe va mandater un administrateur indépendant pour gérer la suite des opérations. Cette information tout d’abord relayée par le WSJ a depuis été confirmée via un communiqué.

« Au cours des derniers mois, Cambridge Analytica a fait l’objet de nombreuses accusations non fondées et, malgré les efforts pour corriger cela, la société a été vilipendée pour des activités qui sont non seulement légales, mais aussi largement acceptées comme une composante standard de la publicité en ligne dans les domaines politiques et commercial […] Cambridge Analytica a déposé l’ouverture d’une procédure d’insolvabilité au Royaume-Uni. La Société cesse immédiatement toutes ses activités ».

 Cambridge Analytica est mort, vive Emerdata

Cambridge Analytica est accusé d’avoir collecté les données de près de 90 millions d’utilisateurs de Facebook afin d’établir des critères psychographiques pour du ciblage marketing lors de la campagne électorale américaine – remportée par Donald Trump – ainsi que pendant le référendum du Brexit.

Pour autant, d’après les informations obtenues par le site Business Insider, plusieurs têtes pensantes du groupe auraient déjà rejoint une société créée en juillet 2017, Emerdata, et spécialisée dans le traitement des donnée. Le DG de Cambridge Analytica y est inscrit comme administrateur, tout comme le président de SCL Group, la société mère de Cambridge Analytica. Pour l’anecdote, cette « nouvelle société »,Emerdata, partage une adresse à Canary Wharf avec la société mère de Cambridge Analytica, SCL Group. La procédure d’insolvabilité et la mort de Cambridge Analytica pourrait donc être un trompe l’œil pour mieux reprendre l’activité, sous un autre nom.

à lire aussi