Status : WhatsApp se convertit à Snapchat, l'attaque des clones

 

La guerre est déclarée. Snap, l’éditeur de l’appli mobile Snapchat, prépare activement son introduction en bourse. Il compte à cette occasion lever plus de trois milliards de dollars et réussir la plus grande IPO d’une société technologique de ces 7 dernières années.

Du côté de Facebook, on ne voit sans doute pas d’un très bon œil un concurrent s’assurer un tel financement, même si depuis sa création celui-ci n’a jamais dégagé le moindre bénéfice. La firme de Zuckerberg a réagi à plusieurs reprises pour s’aligner sur son rival, en dotant par exemple Messenger de fonctionnalités popularisées par Snapchat.

Les bonnes idées sont aussi ailleurs

Facebook met à présent à contribution une autre de ses filiales, l’application de messagerie WhatsApp. Snapchat a sa fonction Stories. En août dernier, Instagram a lancé Instagram Stories. Le réseau social teste lui-même sur la version irlandaise de son app, Facebook Stories.

Le front se renforce avec la fonctionnalité Status de WhatsApp. Le concept ? Il est très simple, et laissera à nombre de mobinautes un sentiment de déjà-vu. Les utilisateurs de l’appli pourront le 24 février partager des fils de photos et de vidéos qui disparaîtront après 24 heures.

Cela ne vous rappelle rien ? Vraiment. Alors vous n’êtes pas un des 158 millions d’utilisateurs actifs que compte Snapchat – et/ou vous avez plus de 34 ans. La majorité des utilisateurs de l’appli ont entre 18 et 34 ans, les moins de 25 ans étant les plus actifs.

Jusqu’à présent, Status permettait sur WhatsApp d’indiquer un statut personnel, comme par exemple « au travail », « au cinéma », etc. La nouvelle fonction Status ouvre la possibilité de partager photos, vidéos, GIF – et d’y ajouter emojis, texte et dessins. Ces contenus peuvent être partagés avec ses contacts. Le chiffrement de bout-en-bout est activé sur ces communications.

Cloner une fonction qui a fait le succès de son rival suffit-il pour s’attirer de nouveaux utilisateurs, en particulier parmi les jeunes ? Cela reste à démontrer. Mais les chiffres de Snap n’auront certainement pas échappé à Facebook et justifient d’essayer.

Ainsi d’après ComScore, près de 70% des 18-24 ans aux Etats-Unis utilisent l’application de son concurrent, Snapchat. Instagram Stories semble bien rencontrer un certain succès, sans nécessairement viser la même cible.

Monétiser WhatsApp, 100% gratuit depuis 2016

D’après Instagram, la fonctionnalité affiche 150 millions d’utilisateurs actifs au quotidien. Et son éditeur a faire savoir le mois dernier qu’il commencerait à la monétiser grâce à la publicité. L’inspiration a du bon.

Or Facebook a besoin de monétiser ses différentes applications. Instagram donc, mais aussi WhatsApp. Le réseau social avait déboursé 19 milliards de dollars en 2014 pour son acquisition. Si WhatsApp compte plus d’un milliard d’utilisateurs, elle dégage peu de revenus en raison de son modèle économique, qui a basculé au tout gratuit en 2016.

Depuis, l’appli veut se positionner comme un intermédiaire entre clients et entreprises. « Cela signifie par exemple communiquer avec votre banque afin de se renseigner sur une potentielle transaction frauduleuse, ou directement avec une compagnie aérienne afin d’avoir des informations sur un vol retardé » précisait Whatsapp sur son blog.

En août 2016, l’application de messagerie annonçait que les entreprises pouvaient désormais communiquer et proposer leurs services sur la plateforme. Mais en outre, Facebook s’arrogeait à cette occasion le droit de récupérer le numéro de téléphone des utilisateurs. Mais cette dernière mesure fait l’objet de plusieurs actions en justice en Europe.

Go to Source


bouton-devis