Steve Wozniak : ne lui parlez plus de Facebook

 

Brian Acton, a cofondé WhatsApp avant de céder l’entreprise à Facebook pour 19 milliards de dollars. Il a retrouvé sa liberté de parole et appelé sur Twitter à supprimer son compte Facebook au début du scandale Cambridge Analytica.

Elon Musk en a fait autant. Et Steve Wozniak, le cofondateur d’Apple, rejoint le mouvement. Interrogé par USA Today, ce dernier a exprimé ses préoccupations à l’égard de l’exploitation des données personnelles des utilisateurs par Facebook et d’autres acteurs du Web.

Nos données, et rien en échange

« Les utilisateurs fournissent tous les détails de leur vie à Facebook et … Facebook en tire beaucoup de  recettes publicitaires (…) Les profits reposent totalement sur l’information de l’utilisateur, mais les utilisateurs ne reçoivent aucun bénéfice en retour » dénonce Steve Wozniak.

L’ancien d’Apple jugerait préférable, à titre personnel, de payer son compte Facebook plutôt que de céder ses données personnelles, utilisées à des fins publicitaires. Et comme Tim Cook, ses faveurs vont au modèle Apple.

« Apple tire son argent de bons produits, pas de vous » commente-t-il auprès de USA Today. « Comme on dit, avec Facebook, vous êtes le produit. »

« En vérité, nous pourrions faire beaucoup d’argent si nous monétisions notre client – si notre client était notre produit. Nous avons choisi de ne pas le faire » déclarait récemment le PDG d’Apple, insistant sur le souci de la firme à l’égard de la vie privée des consommateurs.

Un service pas seulement pour les riches

Bien qu’accaparé par sa tournée d’excuses, Mark Zuckerberg a réagi vivement à cette analyse, qualifiée de spécieuse. « Je trouve cet argument, selon lequel si vous ne payez pas d’une manière ou d’une autre, nous ne pouvons pas nous soucier de vous, extrêmement spécieux et pas du tout en  accord avec la vérité » a rétorqué le dirigeant de Facebook.

Pas question non plus de recevoir des leçons d’un géant particulièrement gourmand au niveau de ses marges. « Je pense qu’il est important que nous ne cédions pas tous au Syndrome de Stockholm et ne laissions pas des entreprises qui vous facturent plus vous convaincre qu’elles se préoccupent vraiment plus de vous. Parce que cela me semble ridicule. »

Quant au choix de la gratuité de Facebook, elle se justifie par la volonté de l’entreprise de connecter le plus grand nombre d’utilisateurs à sa « communauté ». Cela passe par la fourniture d’un service à des internautes qui n’auraient pas sinon les moyens de payer pour y accéder.

La publicité se prêtait donc naturellement à ce modèle, argue-t-il. Et cette stratégie n’implique pas de négliger les utilisateurs et leurs droits, défend encore Zuckerberg. « Si vous voulez construire un service qui ne sert pas seulement les gens riches, alors vous devez proposer quelque chose qu’ils puissent s’offrir. » Message reçu Apple ?

Go to Source


bouton-devis