Steve Wozniak : quittez Facebook, maintenant !

 

Vous savez qu’il vous faut vous y résoudre.

Ou peut-être avez-vous simplement peur de devoir le faire.

Renoncer à son intimité pour être sur Facebook

D’une manière ou d’une autre, cependant, vous craignez que vos amis et les membres de votre famille soient blessés si vous disparaissez soudainement des pages sacrées de Facebook.

En ce qui concerne Steve Wozniak, cofondateur d’Apple, vous devriez leur montrer la voie.

Attrapé au vol par l’un des gardes persistants de TMZ à l’aéroport, le site a demandé à Woz s’il craignait que nos terminaux ne nous écoutent.

« Je m’inquiète pour tout » admet Woz.

Nous pouvons donc commencer à changer le monde et aider la vie privée à régner à nouveau ?

« Mais je ne pense pas qu’on puisse arrêter cela, cependant » poursuit Woz.

Ah, c’est fini pour nous. Nous n’avons plus qu’à nous résigner de cette surveillance pour le reste de notre vie.

Woz dépeint le sombre tableau de terminaux capables de mesurer automatiquement les battements de notre cœur, sans parler d’écouter nos conversations.

Il ajoute ignorer si son téléphone cellulaire l’écoute à ce moment précis. Votre iPhone, Woz ? Certainement pas. Tim Cook ne le permettrait jamais.

Mais n’y a-t-il rien que nous puissions faire ?

Wozniak voudrait pouvoir payer

Woz a une idée : « Pourquoi ne me donnent-ils pas le choix ? Laissez-moi payer un certain montant et vous garderez plus en sécurité mes données personnelles. »

Il est fatigué qu’à chaque fois qu’il « aime » quelque chose sur les réseaux sociaux, sa préférence soit relayée aux annonceurs.

[embedded content]

Oh, Woz. Ces annonceurs ne veulent que votre bonheur. Et leurs produits, qui semblent correspondre à vos préférences, sont créés spécifiquement à cette fin. Pourquoi ne pas témoigner de reconnaissance ?

Bien sûr, au cœur même de ce monde de surveillance, il y a Facebook. Les individus n’ont-ils pas d’autre possibilité que de le rayer de leur vie ?

« Il y a beaucoup de gens différents » souligne Woz. « Pour certains, les avantages de Facebook justifient la perte d’intimité. »

Qui sont ces gens ? Quels sont ces avantages ? La pure joie psychologique d’obtenir un « J’aime » ? Je crains que Woz lui-même ne soit ému en les recevant.

Mais il n’est pas fait du même bois. Il a déjà quitté Facebook. C’est ce qu’il explique : « Pour beaucoup, comme moi, ma recommandation est – pour la plupart des gens – de trouver un moyen de quitter Facebook. »

Naturellement, j’ai demandé à Facebook ce qu’il pensait des pensées draconiennes de Woz et je mettrais l’article à jour, s’ils me répondent.

Pourtant, même d’anciens employés de Facebook s’inquiètent de ce que Facebook fait à l’humanité. L’ancien président Sean Parker s’inquiète des conséquences pour le cerveau des enfants. Pas seulement pour les enfants, Sean.

Au cours des deux dernières années, le réseau social semble avoir perdu 15 millions d’utilisateurs américains. Mais que faudrait-il vraiment pour qu’un exode massif se produise ?

Eh bien, voici une pensée pleine d’espoir. Une analyse récente suggère qu’au cours des 50 prochaines années, les morts seront plus nombreux que les vivants sur Facebook.

Personne ne tient à s’éterniser dans un cimetière, n’est-ce pas ?

Source : Woz wants you to get off Facebook right now

Go to Source


bouton-devis