Surprise : AWS se met à la blockchain

C’est une petite surprise dans le monde du cloud computing et de la technologie blockchain. Amazon s’y met. Un retournement de situation surprenant : jusqu’à récemment AWS boudait ostensiblement la blockchain.

 

« Nous ne voyons pas encore beaucoup de cas d’utilisation pratique pour la blockchain beaucoup plus larges que l’utilisation d’un registre distribué » expliquait Andy Jassy, le PDG d’AWS, fin novembre lors de l’événement AWS re: Invent. « Il existe d’autres moyens de résoudre ces problèmes » disait-il.

Amazon Web Services vient d’annoncer l’arrivée de son service de Blockchain as a Service. Avec AWS Blockchain Templates, il sera possible aux clients de mettre en place rapidement un blockchain. Ces templates (gabarits) permettront de créer des versions des réseaux Ethereum ou Hyperledger Fabric. Cela n’est disponible pour l’heure qu’aux Etats-Unis.

Multiplication des cas d’usage

« Certaines des personnes avec lesquelles je discute voient les blockchains comme le fondement d’un nouveau système monétaire et un moyen de faciliter les paiements internationaux. D’autres considèrent la blockchain comme un grand registre distribué et une source de données immuable qui peut s’appliquer à la logistique, à la chaîne d’approvisionnement, aux données cadastrales, au crowdfunding et à d’autres cas d’utilisation. Quoi qu’il en soit, il est clair qu’il y a beaucoup de possibilités intrigantes et nous travaillons pour aider nos clients à utiliser cette technologie plus efficacement » mentionne Jeff Barr, le vice président d’Amazon Web Services.

Si AWS se tourne vers la blockchain, c’est que non seulement ses principaux concurrents y vont, à commencer par IBM, mais aussi que les cas d’usages se multiplient. En France, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) vient par exemple d’annoncer un partenariat pour mettre en place une « Blockchain des Fréquences » à l’automne 2018.

Aux Etats-Unis, des entreprises telles que BlockSign, Stampd et Stampery proposent des services notariaux basés sur la blockchain. Le mécanisme de blockchain peut aussi permettre de protéger les droits de propriété intellectuelle. Ascribe par exemple permet aux artistes de valider leurs droits d’auteur et d’envoyer par e-mail une propriété intellectuelle numérique déjà protégée.

Enfin, l’entreprise Provenance aux Etats-Unis suit les marchandises via ce procédé.

Go to Source


bouton-devis