Telegram efface 78 chaines publiques utilisées par de potentiels terroristes

Le spécialiste de la messagerie chiffrée Telegram explique avoir identifié plusieurs discussions publiques sur ses serveurs initiées par des membres de l’Etat Islamique.

Les récents attentats qui sont survenus à Paris ont d’emblée relancé le débat sur la loi sur le renseignement ainsi que sur l’utilisation des communications chiffrées. Parmi les sociétés proposant de sécuriser les échanges, nous retrouvons Telegram qui édite une application disponible sur toutes les principales plateformes.

Mais la société propose également des salons de discussions publics au sein desquels les échanges ne sont donc pas privés. A l’instar de n’importe quel forum, les utilisateurs sont alors en mesure de rapporter aux administrateurs des contenus jugés inappropriés. « Nous avons été troublés d’apprendre que les canaux publics de Telegram ont été utilisés pour faire de la propagande sur l’Etat Islamique », explique la société, avant d’ajouter : « rien que cette semaine, nous avons bloqué 78 canaux en rapport avec l’Etat Islamique dans une douzaine de langues ».

Si ces salons de discussion sont publics, Telegram n’est toutefois pas en mesure de déchiffrer les messages privés de ses utilisateurs. L’architecture repose sur le protocole MTProto développé en interne, lequel permettrait d’assurer non seulement un chiffrement (AES 256, RSA 2048) mais également des transferts rapides avec la possibilité d’envoyer des fichiers jusqu’à 1,5 Go.

Les membres de l’Etat Islamique utilisent-ils également Telegram pour sécuriser leurs échanges et coordonner leurs actions à travers différents pays ? D’emblée, l’idée n’est pas si absurde.

Interrogé par nos soins sur sa réaction dans le cas où d’éventuels terroristes utiliseraient son Webmail, Andy Yen, co-fondateur de ProtonMail expliquait :

Je réagirais de la même manière que s’il avait été arrêté en train d’utiliser Gmail ou un téléphone portable. Que cela plaise ou non, les terroristes utiliseront ces outils comme n’importe qui d’autre. Ce n’est pas parce que les terroristes utilisent le métro que l’on va fermer ce dernier. Si l’on considère la situation de manière rationnelle, les apports du chiffrement pour protéger sa vie privée sont plus importants que le risque qu’un terroriste fasse usage de ProtonMail.

Les terroristes ont utilisé des moyens de communication secrets bien avant l’existence de ProtonMail. Nous n’avons rien changé. En revanche ce que nous avons fait, c’est donner à des millions de gens à travers le monde une manière simple et pratique pour retrouver leur vie privée.

A lire également :
Tous surveillés ? Les bons outils pour protéger sa vie privée
Interview ProtonMail : « Notre but est de réduire au maximum le coût de la vie privée »