Terrorisme : Obama demande la participation de la high-tech

Le président américain a pris la parole ce week-end à la télévision suite à l’attaque meurtrière en Californie (14 morts). « C’était un acte terroriste » a expliqué Obama. « Il n’y a pour l’instant aucune indication que les tueurs aient été dirigés par un groupe terroriste depuis l’étranger » a-t-il ajouté.

Le drame relance néanmoins le débat sur le rôle joué par les technologies, notamment comme outils pour les terroristes. « Je vais exhorter les dirigeants de la high-tech et des forces de police à rendre plus difficile pour les terroristes d’échapper à la justice grâce à l’utilisation de la technologie » a annoncé le président des Etats-Unis.

Plus de contrôle sur les réseaux sociaux ?

Un nouvel épisode dans le débat sur le chiffrement des données ? Obama n’a pas encore fait d’annonces précises. Mais la politique de la Maison Blanche devrait notamment porter sur les réseaux sociaux.

Selon Reuters, celle-ci souhaite entre autres que les fournisseurs de ces services interdisent tout usage à des fins violentes. L’utilisation des réseaux sociaux par l’état islamique et ses partisans pour promouvoir leurs actions et leur discours est ainsi souvent pointée du doigt.

Cet acte terroriste à San Bernardino a aussi été suivi de nouveaux appels à affaiblir le chiffrement des communications pour permettre des interceptions par les autorités. Cette discussion avec les sociétés technologiques et les autorités se poursuit.

Un officiel de la Maison Blanche explique ainsi que l’objectif est de garantir que « le chiffrement ne soit pas utilisé d’une manière qui permet un espace, une zone noire, pour les groupes terroristes où planifier des opérations et des attaques. »