Test de l'iPod Touch 6G : l'iPod a-t-il toujours sa place ?

On le croyait en fin de vie, mais l’iPod Touch est bien vivant. Apple a mis à jour son baladeur multimédia en 2015, après trois ans d’inactivité. Le nouvel iPod Touch ne change (presque) pas à l’extérieur mais se dote de nouveaux composants : un processeur A8, un appareil photo 8 mégapixels et 1 Go de mémoire vive viennent redonner du souffle à un appareil qui commençait sérieusement à prendre la poussière. La mise à jour n’est-elle cependant pas trop tardive, à l’heure du cloud et des smartphones omniprésents ?

Design et ergonomie : toujours l’appareil iOS le plus fin

L’iPod Touch que l’on nomme « 5G » (pour 5e génération) est sorti en 2012, en même temps que l’iPhone 5. Il en reprenait l’écran 4 pouces au format 16/9e et le connecteur Lightning, mais adoptait pour la première fois un dos en aluminium brossé et coloré, et une finesse encore inégalée sur iOS, même par l’iPhone 6

L’iPod Touch 2015 n’a pas changé dans les grandes lignes. Son écran n’adopte pas la diagonale plus large de l’iPhone 6/6S, et son design, que l’on pourrait comparer à un tout petit iPad Mini, ne voit toujours sa finesse limitée que par l’épaisseur de son mini jack.

Le dos en aluminium ne bouge pas non plus, à deux détails près : les couleurs, qui adoptent une nouvelle gamme de tons moins pastels, alors que le petit bouton poussoir, qui révélait une accroche pour une dragonne fournie avec le baladeur, a disparu. Franchement, on ne pleurera ni l’une ni l’autre, tant la petite lanière était facile à perdre.

IPod Touch 2015 1
IPod Touch 2015 3

La finesse de la coque était également l’occasion pour Apple d’inaugurer un trait souvent moqué de l’iPhone 6 : l’appareil photo qui dépasse. Et lui non plus n’a pas bougé, tout comme la petite bande en plastique recouvrant les antennes.

IPod Touch 2015 8

Les couleurs vives de l’iPod Touch évoluent vers une gamme moins acidulée, plus proche des tons des iPhone, tout en conservant des modèles bleu, rose et rouge (version Product Red, évidemment) plus audacieux que l’or ou le gris sidéral. Verra-t-on de tels coloris sur l’hypothétique iPhone 6C ? On voterait pour ! A l’exception du modèle gris sidéral, toutes les façades sont blanches.

IPod Touch 2015 4

Et en parlant de la façade, ceux qui espéraient y trouver un capteur TouchID seront déçus. Ce bon vieux bouton Home incurvé a la vie dure sur ce modèle.

IPod Touch 2015 9

Composants : (presque) un iPhone 6 dans un corps d’iPod Touch

L’iPod Touch avait sérieusement besoin d’une mise à jour de sa fiche technique. Déjà à sa sortie, il n’intégrait qu’une puce A5, là où l’iPhone 5 embarquait un A6. En gros, il était équivalent, techniquement, à un iPhone 4S, sorti en 2011 !

La prinicpale amélioration apportée au nouveau Touch lui permet de respirer un grand coup : le vieillissant A5 est remplacé par une puce A8, celle que l’on trouve dans l’iPhone 6, l’iPad Mini 4 ou la dernière Apple TV. Enfin pas tout à fait, puisque la version embarquée dans le baladeur est cadencée à 300 MHz de moins que celle de l’iPhone 6.

iPod Touch 2015 geekbench
iPod Touch 2012 geekbench

Ce choix, justifié par la finesse du baladeur, est plutôt pertinent dans la mesure où la puce a également beaucoup moins de pixels à gérer. On reste sur l’écran 4 pouces de la génération précédente, et sa définition de 1 136 x 640 pixels. Les caractéristiques de l’écran sont satisfaisantes : une bonne luminosité, des couleurs équilibrées et plus justes que sur l’ancien modèle qui tirait vers le jaune, et des angles de vision plus que corrects. Mais 4 pouces en 2015, c’est petit, surtout quand on n’a pas le choix. Pourquoi ne pas proposer un iPod Touch en deux tailles : 4 et 4,7 pouces ? Sans doute parce qu’il n’y a pas d’intérêt commercial pour Apple.

Alors que même l’iPad Mini a fini par bénéficier de 2 Go de mémoire vive, l’iPod Touch ne passe qu’à 1 Go, mais c’est toujours mieux que les 512 Mo de la version précédente. Côté stockage, après des années de blocage à 64 Go, le baladeur est enfin disponible en version 128 Go, un an après la retraite forcée de l’iPod Classic. La facture, pour arriver à cette capacité, est salée : 489 euros, alors que les prix commencent à 239 euros pour la version 16 Go. La capacité maximale n’est d’ailleurs disponible qu’à l’Apple Store.

La connectivité sans fil ne gagne toujours pas de modem cellulaire ou de GPS : Wi-Fi ac et Bluetooth 4.1 sont les seules technologies intégrées. Au passage, il est impossible de synchroniser une Apple Watch à un iPod Touch ; il faut dire que ça ne servirait pas à grand chose sans connexion permanente.

À l’usage : l’iPod de 2012, en plus fluide

Si on est rarement surpris d’une génération à l’autre d’un produit Apple, l’iPod Touch 2015 bat tous les records en la matière. Rien n’a changé à part les composants, et on retrouve ainsi exactement la même expérience utilisateur qu’en 2012, la fluidité (de retour) en plus. Pas de Touch ID, encore moins de 3D Touch : c’est un iPod Touch dans tout ce qu’il y a de plus classique, c’est à dire un iPhone sans la partie téléphone, et surtout sans la connexion permanente, à moins de disposer de Wi-Fi en continu.

IPod Touch capture 6
IPod Touch capture 22

Et c’est évidemment la différence en décalage avec ce qu’on attend en 2015 d’un appareil mobile qu’on glisse dans sa poche. N’avoir qu’un iPod Touch sur soi, c’est se priver du cloud autrement que par intermittence, devoir penser à mettre ses titres Spotify ou Apple Music en cache dès que l’on sort de chez soi ou d’une zone couverte par du Wi-Fi, ne pas être libre d’utiliser Internet quand on veut… Bref, revenir aux bonnes vieilles habitudes, où on gérait soi-même sa musique entre son disque dur et son baladeur. Et beaucoup de gens le font sans doute encore !

IPod Touch capture 12
IPod Touch capture 14

Ca peut aussi être un avantage pour certains : l’iPod Touch reste tout à fait pertinent pour les utilisateurs allergiques au cloud, justement, pour les parents qui disposent d’une alternative pour leurs enfants souhaitant jouer à des jeux mobiles sans leur offrir de smartphone, pour les voyageurs qui préfèrent vider la batterie d’un baladeur dédié plutôt que celle de son smartphone, ou pour les sportifs.

Toujours un bon baladeur ?

Le son iPod est toujours là : on accroche ou pas à sa neutralité, mais là dessus pas plus de changement sur cette génération que depuis des années. Les amateurs de personnalisation du son passeront leur chemin, mais ils le passent depuis la sortie du tout premier iPod, donc rien de bien neuf sur ce point. En tous cas, avec les écouteurs standard (Earpods) comme avec des casques tiers, la sortie nous a paru suffisamment puissante. En revanche, on ne comprend toujours pas l’absence de la télécommande. Quitte à fournir des Earpods, on aimerait bien disposer des vrais ! Devoir sortir son baladeur de sa poche pour mettre un morceau en pause ou passer au suivant, c’est franchement agaçant, et alors que n’importe quel smartphone à moins de 200 euros intègre une télécommande à ses écouteurs, on est vraiment dans le domaine de l’économie de bouts de chandelle.

L’app Musique accueille évidemment Apple Music, mais comme mentionné plus haut, à moins de systématiquement penser à mettre ses listes de lectures et albums en mode hors ligne, l’intérêt est tout de même plus limité que sur un smartphone où on pourra écouter la bonne chanson à n’importe quel moment.

IPod Touch capture 13
IPod Touch capture 1

Apple Music peut être désactivé à tout moment, mais l’interface de l’application, depuis iOS 9, est un peu confuse pour un usage « artiste/album/titre » classique. La simplicité de la navigation iPod a pris un coup. On retrouve ses petits au bout de quelques minutes, mais on aimait la familiarité de la barre d’icônes personnalisable permettant de basculer entre les vues. Elle est toujours là, mais surtout pour basculer entre Apple Music et sa propre bibliothèque ou encore les radios ou la section Connect, un fil d’actualité sur ses artistes préférés qui ne nous a pas beaucoup plus convaincu que son prédécesseur, le malheureux Ping.

IPod Touch capture 16
IPod Touch capture 10

Si vous souhaitez gérer votre bibliothèque musicale vous même, iTunes reste indispensable, et on ne peut pas dire que le logiciel monolithique d’Apple se soit arrangé avec les années, d’autant plus que, comme l’app Musique sur iOS, la dernière version fait la part belle à Apple Music, que l’on peut heureusement désactiver depuis les préférences.

iTunes 12.3
iTunes 12.3

L’interface de la dernière version n’est ni pire ni meilleure que les précédentes : ça fait déjà longtemps que iTunes a perdu sa simplicité. Comme pour Photos, Apple ferait bien de partir d’une page blanche, mais alors que la compatibilité Windows reste évidemment indispensable, il est sans doute plus facile de rajouter des couches en essayant d’améliorer ce qui peut l’être. Bien entendu, les formats compatibles par défaut n’ont pas bougé : MP3, AAC, Apple Lossless ou encore AIFF, mais pas de FLAC.

Des beaux jeux… Mais en tout petit !

Principale amélioration de l’iPod Touch 2015, l’intégration de la puce A8 saute aux yeux dès que l’on lance un jeu récent. On passe du plus vieux SoC encore supporté par Apple à un processeur récent, et c’est évidemment beaucoup plus fluide sur des titres comme OceanHorn ou Asphalt 8. La prise en charge du framework Metal et les performances supérieures du GPU font à nouveau de l’iPod Touch une bonne petite console mobile, associée à une ludothèque sans équivalent dans cette catégorie de produit.

IPod Touch capture 17

Le gain, même limité, en mémoire vive assure également des temps de chargement plus courts, et les jeux (ou toutes les apps d’ailleurs) restent plus longtemps en mémoire sans avoir à les recharger intégralement. Le plaisir est tout de même gâché par la taille unique de l’écran : on doit avouer qu’on avait perdu l’habitude de jouer à des jeux iOS au format mini.

IPod Touch capture 21

Photo : APN en progrès et mode ralenti

L’iPod Touch a, historiquement, plusieurs trains de retard sur son appareil photo, par rapport à l’iPhone. Le nouveau Touch ne brise pas cette tradition, mais le capteur 8 mégapixels de l’APN principal est en net progrès par rapport à la version 2012 qui embarquait encore une iSight Camera tout juste digne d’un iPhone 4. Outre le gain mécanique en résolution, les images sont plus lumineuses et plus détaillées. Le bruit, en faible luminosité, est toutefois assez catastrophique.

Ipod touch photo

Ipod touch photo detail 1
Ipod touch photo detail 2

L’autre ajout plaira au jeune public à qui s’adresse notamment l’iPod Touch : le mode ralenti, inauguré avec l’iPhone 5S, fait son apparition. La Facetime Camera est également en progrès visible avec des images moins bruitées.

Performances

La dernière fois qu’on avait testé un iPod Touch, il intégrait l’équivalent d’un iPhone 4S, c’est dire si on s’attendait à un gouffre entre les deux générations, et ça se vérifie évidemment, avec des résultats largement supérieurs. Malgré une fréquence légèrement inférieure à celle de l’iPhone 6, la puce A8 obtient tout simplement d’excellents résultats sur la partie CPU comme GPU.

Dépassé depuis par le A9 de l’iPhone 6S, deux fois plus puissant sur tous les tests, le SoC se défend malgré tout très bien, ce qui a, là encore, rien de surprenant puisqu’il a à gérer un nombre moindre de pixels sur un si petit écran. La preuve que ce petit A8 bridé irait très bien dans un iPhone 6C !

En effectuant les tests GPU onscreen ou en jouant, on vérifie ces très bons résultats : il ne nous a pas été possible de trouver un jeu mettant l’iPod Touch 2015 à genoux, à part ceux qui sont mal optimisés quelque soit la plateforme, comme Asphalt 8.

Autonomie

Malgré son absence de modem cellulaire, l’iPod Touch souffre évidemment de sa finesse, et son autonomie s’en ressent un peu sur des tâches mobilisant l’écran trop intensément. On parvient ainsi à lui tirer un peu moins de 5 heures d’utilisation (4h48 exactement) avec une vidéo 720p lue en boucle, avec écran à 100% et son à 50%. C’est honorable à défaut d’être extraordinaire.

En lecture audio, en revanche, il semble bien plus difficile de le faire plier, et lors de nos tests, on ne tombe pas loin des 24 heures annoncées par Apple.

Notre avis

L’iPod Touch de 6e génération arrive bien tard. On peut se demander pourquoi il a fallu attendre trois ans pour voir Apple toucher aux composants d’un appareil iOS qui conserve pourtant son intérêt. Certes, il ne s’adresse plus au plus grand nombre, mais sans doute encore à quelques catégories spécifiques, notamment les parents (pour leurs enfants), les développeurs iOS, les musiciens qui bénéficient d’apps sympathiques comme Garageband, Figure ou Amplitube, ou tout simplement les utilisateurs à la recherche d’un baladeur multimédia qui ne soit pas un smartphone, eh oui il y en a encore !

Et pour eux, face à une concurrence de plus en plus réduite, le nouveau Touch demeure pertinent. Le son neutre pourra toujours diviser, mais il peut compter sur une logithèque riche, et un format dont la finesse permet de le glisser dans n’importe quelle poche. Alors que la version 2012 commençait vraiment à traîner la patte, la mise à jour apporte des améliorations de performances indéniables.

On pourra évidemment regretter la petite taille de l’écran, ou plutôt l’absence d’un iPod Touch « plus » doté de l’écran de la taille d’un iPhone 6. Du coup, la diagonale réduite, qui peut être un choix dans une gamme, est ici subie.

Packshot Apple iPod Touch 6e génération

Au final, l’iPod Touch reste un appareil répondant à des besoins spécifiques, qu’il satisfait correctement, mais son prix élevé le place dans une position particulière. A-t-on envie de mettre, en 2016, plus de 200, voire 300 euros pour un appareil mobile qui n’est pas un smartphone ? Si vous aimez votre iPod Touch pour ce qu’il est, passer à la version 2015 va de soi tant le gain en performances est flagrant. Si vous en avez assez que vos enfants empruntent votre iPhone pour jouer, ça peut également être une idée. Dans bien d’autres cas, en revanche, vous lui préfèrerez sans doute un smartphone pas trop cher.

iPod Touch 2015

Les plus

+ Performances au niveau de l’iPhone 6 (ou presque)

+ Enfin une version 128 Go

+ Appareil photo légèrement meilleur

+ Toujours aussi fin et léger

Les moins

– Ecran trop petit pour profiter pleinement des jeux

– Aussi (voire plus) cher que de bons smartphones

– App musique iOS 9 confuse

3.5

Fonctionnalités

Performances

Positionnement prix