Un tour de l'offre des commutateurs en marque blanche

 Les commutateurs Ethernet en marque blanche – à même d’accepter de multiples systèmes d’exploitation réseau – se multiplient et viennent marcher sur les plates-bandes des grands fournisseurs historiques. Leur montée en puissance est mise en lumière par les efforts de plusieurs géants de l’internet, comme Microsoft, Facebook ou Google, mais aussi par leur adoption récente par plusieurs grands constructeurs tels Dell, HP ou Juniper.

Les acteurs historiques de ce marché sont des fournisseurs asiatiques tels que Accton, Delta Networks ou Quanta Cloud Technology. Ces derniers vendent respectivement leurs équipements sous les marques Edge-Core Networks, Agema Systems et iwNetworks. Ils travaillent aussi avec de grandes marques, comme HP, pour la fourniture de leurs propres commutateurs sous marque blanche. Un marché que Gartner a baptisé « brite box » (pour branded white boxes).

Une offre de systèmes d’exploitation réseau qui se structure

Une fois que vous avez choisi un fournisseur de commutateurs, il faut aussi sélectionner le système d’exploitation réseau  (ou NOS, pour Network Operating System) qui va motoriser l’équipement. Là aussi l’évolution du marché est rapide et les nouveaux entrants se multiplient. Voici la liste des principaux acteurs aujourd’hui présents sur le marché :

  • Big Switch Networks a développé Switch Light NOS. Il ne s’agit pas à proprement parler un Network Operating System, mais plutôt un agent, dont la mission est de travailler de concert avec d’autres application tournant sur un contrôleur SDN. En fait, les applications contrôleur SDN de Big Switch, Big Cloud Fabric et Big Monitoring Fabric contrôlent et programment les commutateurs en marque blanche via Switch Light NOS.
  • Pica8, un autrea acteur du SDN et des réseaux, propose un OS complet pour commutateurs en marque blanche, baptisé PicOS. Cet OS dispose de sa propre interface en mode ligne de commande (CLI) et peut-être aussi piloté par des outils d’automatisation externes.
  • Cumulus Networks propose Cumulus Linux, un OS réseau complet basé sur Linux et proposant des services de commutation de niveau 2 et 3. Cumulus Linux est un OS ouvert, à même d’accueillir des applications tierces. Il expose un certain nombre d’API accessibles par des outils d’automatisation externes, comme Puppet, Chef et CFEngine ou par des outils d’orchestration, tels que VMware NSX ou OpenStack.
  • Juniper Networks n’a pour l’instant pas porté son système d’exploitation réseau Junos sur des commutateurs en marque blanche tiers. Mais il propose désormais un commutateur « Brite box », l’OCX1100, faisant tourner Junos et également capable de supporter des OS tiers. Il s’agit du premier pas de Juniper sur ce marché.
  • Hewlett-Packard a ajouté une ligne complète de commutateurs « brite box » à son offre propriétaire. Ces commutateurs, en fait des commutateurs Accton remarqués par HP, supportent notamment l’OS de Cumulus.
  • Dell a été le premier grand constructeur à se lancer sur le marché du « brite box » et plusieurs de ses commutateurs Force10 supportent désormais des OS tiers comme ceux de Big Switch et Cumulus. La stratégie du constructeur est de laisser libre ses clients du choix de l’OS tournant sur leurs équipements.
  • IP Infusion a historiquement vendu son OS à des constructeurs mais propose désormais son système OcNOS aux utilisateurs de commutateurs en marque blanche.
  • Gigamon, connu pour ses équipements d’analyse de trafic et de gestion de flux, a porté son OS GigaVUE-OS, basé sur Linux, sur les switches 10 Gigabit en marque blanche de Quanta.

Cette mode des commutateurs en marque blanche (Cumulus revendique ainsi près d’un million de ports gérés par son OS), ne fait toutefois pas la joie de tous. Plusieurs grands acteurs du secteur comme Cisco et Arista expliquent ainsi que les commutateurs en marque blanche n’ont que pas ou peu d’impact sur le marché.

Mais au final, ce sont les clients qui décideront qui a raison et avec leur portefeuille. Si suffisamment de budgets sont investis dans les commutateurs en marque blanche, comme le font Microsoft, Facebook ou Google, les grands vendeurs n’auront d’autre choix que de s’adapter et d’ouvrir leurs matériels ou leurs logiciels.