Une panne du cloud d’Amazon met en panique tout l’internet mondial

Encore une panne importante chez Amazon Web Services. Le cloud d’Amazon a subit, le 28 février 2016, une coupure de plus de 4 heures de son service emblématique de stockage de données S3. L’incident a affecté tout particulièrement la côte Est des Etats-Unis, mettant hors service des milliers et des milliers de sites Web, dont les services iCloud, iTunes et AppStore d’Apple. Mais il a mis en panique tout l’internet mondial.

Des risques inévitables

« Quand Amazon S3 tousse, tout l’internet s’enrhume, on va y arriver au risque systémique cloud, je vous le dis ! », réagit par tweet Gerome Billois, consultant en cybersécurité au cabinet Wavestone (ex-Solucom). Les entreprises reposent de plus en plus sur le cloud pour l’hébergement non seulement de leurs sites Web, mais aussi de leurs applications de communication et collaboration, de gestion de la relation clients, de gestion des ressources humaines et même de leurs applications métiers. La nouvelle panne d’Amazon Web Services sonne comme un sérieux avertissement à celles tentées de reposer exclusivement sur l’informatique dans le nuage.

Or le cloud présente des risques de coupures et de qualité de services. C’est inévitable. Snap, qui a choisi de s’appuyer exclusivement sur le cloud de Google (et d’Amazon Web Services pour les fonctions de redondance), le souligne clairement dans le document d’enregistrement auprès de la SEC, l’autorité des marchés financiers aux Etats-Unis, en vue de son introduction en Bourse.

Des pannes à répétitions

Malgré toutes les précautions que les opérateurs de cloud prennent, ils ne sont jamais à l’abri d’incidents. L’impact des pannes est considérable quand on sait que des opérateurs de cloud comme Amazon Web Services ou Google servent plus de un million de clients dans le monde. Le problème vient aussi de la concentration de l’infrastructure cloud avec des datacenters gigantesques, où le moindre incident a des effets énormes.

Tous les grands acteurs du cloud connaissent des pannes à répetition. Le problème risque de s’amplifier avec l’extension de leurs infrastructures mondiales, de l’inflation de leurs services, de l’augmentation de leurs clientèles et de l’accroissement de la complexité des solutions qu’ils mettent en œuvre. Amazon Web Services a subi en septembre 2015 une coupure de 5,3 heures, tandis que Salesforce déplore une interruption de 19 heures en mai 2016 qui a conduit son PDG-fondateur Marc Benioff à présenter personnellement ses excuses à l’ensemble de ses clients.

Go to Source


bouton-devis