Utilisateurs d’Android : l’UFC-Que choisir veut vous faire récupérer 1000 € à chacun, grâce au RGPD

L’UFC-Que choisir annonce débuter un processus d’action de groupe (class action) contre Google. 200 consommateurs réunis dans cette action en justice vont assigner ce jour devant le TGI de Paris les structures américaines et irlandaises de Google pour violation du RGPD (le règlement général de protection des données).

La raison de la grogne ? La question du consentement des utilisateurs à ce que leurs données soient exploitées par Google. Le recueil de ce consentement serait opaque selon l’association de défense des consommateurs. Pour motiver son action, l’UFC a examiné des CGU de produits Google. Verdict ? Ils sont incompréhensibles.

« Google continue de noyer les consommateurs dans des règles de confidentialités interminables (plus de 1000 lignes, 5700 mots, 57 renvois et 100 liens vers d’autres contenus) et à maintenir un véritable parcours du combattant pour agir sur la géolocalisation (pas moins de 6 actions sont nécessaires pour accéder aux informations sur les différentes méthodes utilisées) » mentionne dans un communiqué l’association.

27,7 millions de mécontents ?

Et le préjudice, calculé sur cette base, serait donc conséquent. En France, 27,7 millions d’utilisateurs ont un compte Google relève le Cnil. Autant de personne donc dont le consentement n’aurait pas été recueilli de manière explicite.

Cette action de groupe fait suite à la condamnation de Google en janvier dernier par la Cnil au paiement d’une amende de 50 millions d’euros, pour justement manque de transparence et d’information. Un record et une première puisqu’il s’agit là de la première sanction en France post-RGPD.

La CNIL reprochait à Google d’être à plusieurs reprises trop vagues sur les informations concernant le traitement des données personnelles des utilisateurs. « Des informations essentielles (…) sont excessivement disséminées dans plusieurs documents, qui comportent des boutons et liens qu’il est nécessaire d’activer pour prendre connaissance d’informations complémentaires. »

Google a fait appel de la décision.

Au titre de l’indemnisation du préjudice, l’UFC va réclamer 1 000 euros par plaignant pour « violation de la vie privée ». Et tous ceux qui s’estiment lésé pourront se joindre aux plaignants actuels. Donc oui, potentiellement, l’indemnisation du préjudice pourrait être assez monstrueuse.

« L’objectif de cette action est de mettre fin à l’exploitation insidieuse des données personnelles de ses utilisateurs, particulièrement ceux détenant un équipement Android avec un compte Google, et de les indemniser à hauteur de 1000 euros », fait savoir le communiqué de l’association de défense des consommateurs. Une somme déterminée « comme étant celle assurant une juste indemnisation au regard du caractère massif et continu de cette violation et permettant d’assurer le respect de la vie privée des utilisateurs ».

Pour aller plus loin 

 

Go to Source


bouton-devis