Viadeo passe à un datacenter virtuel dans le cloud public

Viadeo passe à un datacenter virtuel dans le cloud public Viadeo passe à un datacenter virtuel dans le cloud public

A lire aussi

La nouvelle stratégie plateforme emploi de Viadeo peut-elle réussir ?

Soitec en marche pour passer 100% de son informatique sur le cloud

Le Bon Coin s'offre un lac de données dans le cloud pour doper son marketing au big data

A l’instar d’autre acteurs du digital comme Netflix ou Spotify, Viadeo est en train d’abandonner sa propre infrastructure informatique pour reposer entièrement sur le cloud public. Le réseau social professionnel français, qui compte 40 millions de membres dans le monde, dont 10 millions en France, a opté pour un datacenter virtuel construit sur le site d’Amazon Web Services, en Californie. Commencée à marche forcée en octobre 2015, la migration devrait s’achever à l’été 2016.

Un datacenter à San Francisco

Le coup d’envoi de cette transformation a été donné en janvier 2015. Viadeo dispose d’un datacenter classique situé, pour des raisons historiques, chez un hébergeur à San Francisco, en Californie, alors que le siège de l’entreprise, créée en 2004, se trouve à Paris. Au terme de son amortissement, l’équipe informatique, qui compte une quarantaine de personnes sur un effectif total de 160, s’interroge sur la suite à donner. « Nous nous posions la question de savoir si nous devions renouveler le datacenter classique, construire un cloud privé ou passer au cloud public, rappelle Antoine Guy, architecte d’infrastructure informatique chez Viadeo. Nous avons procédé à une évaluation approfondie des trois options. Pour des raisons d’agilité, de flexibilité et de coûts, nous avons retenu la troisième solution. »

Le choix s’est porté sur Amazon Web Services pour deux raisons. « Nous en utilisions déjà le service d’entrepôt de données RedShift pour nos applications d’analytique et de big data et nous en étions tout à fait satisfaits, explicite Antoine Guy. Nous sommes sur des logiciels plutôt open source. Une orientation que nous trouvons chez Amazon Web Service, mais pas dans le cloud Azure de Microsoft tourné, lui, plutôt vers l’univers Windows. »

Préjugé sur le coût du cloud

Viadeo exploite la flexibilité du cloud public pour adapter la capacité aux besoins. La puissance de calcul consommée varie fortement dans le temps. La nuit et les week-ends, elle est divisée par quatre. Le réseau social aborde une phase d’optimisation visant à mettre en place des mécanismes d’ajustement automatique de la capacité louée à Amazon Web Services à la charge de façon à ne payer que ce qui est réellement utilisé. L’objectif est de parvenir à des coûts similaires à une infrastructure classique en interne. « Il y a un préjugé comme quoi le cloud revient plus cher, note Antoine Guy. C’est faux. Bien utilisé, en choisissant les services les mieux adaptés et en éteignant les machines virtuelles quand on n’en a pas besoin, le cloud ne revient pas plus cher. »

Viadeo combine aujourd’hui six services différents d’Amazon Web Services, dont les deux plus emblématiques : S3 pour le stockage de données et EC2 pour le traitement à la demande. A l’échéance du projet, tout aura migré sur le datacenter virtuel à l’exception de la ferme de stockage et calcul distribué Hadoop, qui sera plutôt remplacée par le service équivalent chez Amazon Web Services, jugé plus intéressant, et le datacenter à San Francisco sera fermé. Aujourd’hui, le choix s’est porté sur un site en Californie du prestataire cloud. Mais il n’est pas exclu demain de changer et de passer sur le site en Irlande ou celui en Allemagne pour se rapprocher du siège parisien de Viadeo.

Go to Source