Vinci Energies co-innove avec clients et start-ups

Le groupe Vinci Energies a adopté depuis quatre ans une démarche d’innovation ouverte qui débouche sur une business rapide. De la co-innovation avec des start-ups est notamment pratiquée. mais également avec ses clients.

Julien Guillaume, Responsable Open Innovation et Intelligence collective chez Vinci Energies, refuse les « usines à POC » dans les collaborations avec les start-ups. (crédit : D.R.)

Avec des clients dans les collectivités territoriales, les constructeurs du BTP et les industries (notamment Total ou Enedis), Vinci Energies est une filiale du Groupe Vinci spécialisé dans les services autour de la transition énergétique. Ses 1600 business units relativement autonomes interviennent sur les infrastructures de l’énergie et du transport (dans une logique de smartcity), dans l’industrie (IoT industrielle, amélioration de l’efficience des process industriel…), les réseaux et services connexes des bâtiments pour le smart building (de la pose de réseaux électriques aux conciergeries d’entreprises) et dans des déploiements (fibre optique…). « Tous nos métiers sont concernés par la révolution numérique et la transition énergétique » souligne Julien Guillaume, Responsable Open Innovation et Intelligence collective chez Vinci Energies.

Mais le groupe, malgré sa taille (ou peut-être à cause de celle-ci), ne peut pas initier et gérer seul toute l’innovation utile. Une démarche globale d’innovation ouverte a donc été formalisée il y a quatre ans, d’une part en misant sur la transversalité au sein du groupe Vinci Energies, d’autre part en collaborant avec « l’écosystème » (clients, universités, start-ups…). Julien Guillaume insiste : « le but de notre direction générale est d’industrialiser chaque innovation sous un an avec commercialisation par l’une de nos business units, lever les freins, pas de multiplier les POC ou d’attendre l’hypothétique innovation de rupture opérationnelle dans les dix ans. »

Lire la suite sur CIO.

Go to Source


bouton-devis