Voiture hydrogène : un nouveau procédé pour réduire son coût de production et améliorer son efficacité

Voiture hydrogène : un nouveau procédé pour réduire son coût de production et améliorer son efficacité

L’avenir des moteurs à combustion est sombre, c’est un fait. Des solutions alternatives se développent peu à peu, on pense notamment à la voiture électrique (alimentée par des batteries lithium-ion), mais une autre technologie essaye de se faire une place, il s’agit de la pile à combustion. Le principal inconvénient de cette technologie est son coût de fabrication. Pour convertir l’hydrogène en électricité, un catalyseur au Platine est nécessaire – et le coût de ce métal précieux est très élevé. 

Pour éviter cela, le groupe Volkswagen en collaboration avec l’université de Stanford a mis au point un procédé expérimental qui permet de limiter son gaspillage et donc améliorer la rentabilité du moteur à hydrogène.

Réduire l’utilisation des métaux rares 

Dans les systèmes actuels, le platine est distribué sous forme de particules sur de la poudre de carbone. Lors du processus de conversation, seule la surface externe du platine est utilisée, ce grandes quantités de platine sont donc perdues. Plutôt que d’utiliser une poudre, les équipes de Volkswagen et de Stanford ont réussi à placer de manière précise les atomes de platine sur la surface du carbone. Résultat, la quantité nécessaire est bien moins importante et la combustion plus efficace. Le rendement du catalyseur serait multiplié par trois.

Professeur Prinz de l’Université de Stanford : « Cette technologie ouvre d’énormes possibilités de réduction des coûts, car la quantité de métaux précieux utilisée est réduite au minimum. En même temps, la durée de vie et les performances du catalyseur sont augmentées. En plus de la pile à combustible, le dépôt de couches atomiques offre également toute une gamme d’autres applications nécessitant des matériaux de haute performance, comme les batteries lithium-ion de nouvelle génération.« 

Actuellement, trois constructeurs proposent des voitures à hydrogène, Honda, Toyota et Hyundai et moins de 10.000 véhicules de ce type ont trouvé preneur en 2017. En France, moins de 30 stations hydrogènes sont disponibles.

À lire également :

Les déchets plastiques comme carburant pour les voitures à hydrogène ?