Vêtements connectés : +46% de croissance par an jusqu'en 2021

Le secteur des vêtements intelligents va bientôt aller au-delà du seul segment des équipements de sport affirme le cabinet ABI Research. Vêtements grand public, mais aussi vêtements pour les professionnels de santé par exemple ; le marché du vêtement intelligent devrait compter jusqu’à 18 millions de livraisons par an jusqu’en 2021, avec un taux de croissance annuel de 48%.

 

Le polo connecté de Ralph Lauren. Comptez 300 euros. (Source : Ralph Lauren)

« Les vêtements intelligents ciblent aujourd’hui dans la plupart des cas les sportifs professionnels » explique Ryan Harbison, analyste pour ABI Research. « Cependant, ces acteurs travaillent de manière prospective sur les domaines de la sécurité des travailleurs, des jeux interactifs, du suivi de santé des enfants, et des soins aux personnes âgées. Ces nouveaux segments de marché élargissent le potentiel du marché, mais servent aussi à prouver que cette nouvelle technologie peut fonctionner dans des environnements plus austères ».

Pour l’heure, ce sont les sportifs de haut niveaux qui bénéficient des avantages des vêtements connectés. Footballeurs et rugbymen parcourent les terrains équipés de puces GPS intégrés à leurs t-shirts, afin de mieux analyser leurs performances. Ralph Lauren a bien compris cela et propose un polo connecté pour la modique somme de 300 euros. Mais cela pourrait changer.

La question de la solidité et de la pérennité des technologies embarquées

Le plus grand défi auquel doivent faire face les innovateurs dans ce domaine est la solidité et la pérennité des technologies embarquées dans les vêtements intelligents mentionne Ryan Harbison. « Mais comme cela est le cas dans tous les marchés de l’Internet des Objets, le travail de partenariat sera encore plus critique pour créer des produits durables, pratiques, et à la mode, que les consommateurs veulent et pour lesquels ils sont prêts à payer un prix élevé ». Ces partenariats devraient se formaliser sous la forme d’OEM (Original Equipment Manufacturer), comme pour les appareils numériques actuels, soit des accords d’intégration entre fournisseurs IT et créateurs de vêtements explique ABI Research.

Les acteurs innovants dans ce domaine sont Athos, Heddoko, Hexoskin, Mimo, Mondevices, OMsignal, Owlet, Sensoria et Textronics cite ABI Research. D’autres acteurs plus classiques, ou en tout cas installés dans l’industrie du vêtement sont également parties prenantes dans le développement des vêtements connectés. Et récemment, Google et Levi’s viennent de présenter une veste connectée. Fruit d’une année de recherche, le “Projet Jacquard” a pour ambition de développer des vêtements connectés. Le premier produit présenté est veste connectée pensée pour les personnes circulant à vélo.

Des capteurs intégrés au niveau de la manche du vêtement et connecté à une oreillette permet de contrôler la lecture de musique ou encore de piloter Google Maps. La veste reconnaît apparemment des gestes de balayage et les tapotements, comme un écran tactile. La veste sera commercialisée au printemps 2017, mais son prix n’est pas encore connu.

Pour aller plus loin sur ce sujet :

Go to Source