Zuckerberg face au Congrès : Facebook n’enregistre personne à son insu

Pendant 5 heures, Mark Zuckerberg a été passé au grill par les sénateurs du Congrès américain. Beaucoup de questions ont été posées suite au scandale Cambridge Analytica, certaines reposant sur des accusations étayées, d’autres plus exotiques.

 

Il faut dire que les sénateurs présents ne sont pas tous des spécialistes de la tech, forçant Zuck à utiliser un discours adapté et surtout à répondre à des questions qui relèvent plus de la rumeur (voire des thèses complotistes) qu’autre chose. Ainsi, sont revenues sur la table les soupçons d’enregistrements de conversations audio issus des terminaux mobiles à des fins commerciales. Un vrai serpent de mer qui perdure depuis des années. 

« Non. Que les choses soient claires à ce sujet : vous parlez de cette théorie du complot qui circule selon laquelle nous écoutons ce qui se passe sur votre micro et l’utilisons pour les publicités. Nous ne faisons pas cela », a répondu le jeune milliardaire.

La sincérité de Zuck est pour le coup difficile à contester tant cette légende urbaine a déjà été battue en brèche par de nombreux journalistes américains qui la qualifie désormais de hoax. Et de rappeler que si Facebook enregistre une source audio, ce n’est qu’à travers les contenus vidéo uploadés par les utilisateurs sur le réseau social. Fin de l’épisode ?

A lire également :

Go to Source


bouton-devis